« Convoi de la liberté » : plusieurs pays s’inspirent du mouvement canadien



Le « convoi de la liberté », c’est ce nom donné au mouvement des camionneurs canadiens qui refusent la vaccination obligatoire. Depuis une dizaine de jours, ces manifestations paralysent certaines villes du pays.

Dimanche 6 février 2022, le maire d’Ottawa a décrété « l’état d’urgence » et a réclamé des renforts policiers. Au Canada, les mesures sanitaires, établies par les provinces, restent parmi les plus restrictives. La province de Québec est notamment l’une des régions au monde qui a imposé le plus de jours de confinement à sa population. Depuis, ce mouvement a dépassé les frontières canadiennes et des manifestations contre les restrictions sanitaires ont lieu dans plusieurs pays.

Mardi 8 février, un convoi de camions et de camping-cars a bloqué les rues situées autour du Parlement néo-zélandais à Wellington, pour protester contre les mesures sanitaires et la vaccination, un mouvement inspiré de celui qui paralyse la capitale du Canada. Des centaines de véhicules, sur lesquels étaient affichés des messages tels que « rendez-nous notre liberté » et « la coercition n’est pas un consentement », se sont garés dans les rues proches du Parlement. Aux Pays-Bas, des milliers de personnes manifestaient dimanche 6 février à Rotterdam.

En France, un groupe Facebook baptisé « Le convoi de la liberté », compte déjà plus de 300 000 abonnés en France. Des premiers cortèges sont annoncés au départ de plusieurs villes de France ce mercredi 9 février.

Related Post