Thérapie génique COVID-19 : un parlementaire dénonce l’opacité des contrats



L’Union Européenne a pour l’instant signé des accords d’achat avec 6 laboratoires. Ces contrats sont tenus secrets par la Commission européenne. Pour Lamberts et d’autres élus, il s’agit là d’une pratique quasi-criminelle, qui vise à cacher des données essentielles sous le point de vue économique tout aussi bien que sanitaire. Aucune information n’est donnée quant au prix, au calendrier de livraison ou à la responsabilité en cas d’effets secondaires. Pour Philippe Lamberts, cela est dû à un esprit de soumission aux intérêts des lobbies et grands groupes industriels à Bruxelles, un état d’esprit “qui est le résultat de ce qui passe dans chaque Etat membre”. Selon lui, la Commission aurait facilement pu imposer une clause de transparence, et ne pas l’avoir fait relève d’un choix politique – un choix profondément erroné, qui contribue, selon Lamberts, a raviver la méfiance des citoyens envers les institutions de l’UE.

Related Post